Systèmes embarqués : où chercher l’emploi ?

Depuis 2007, le secteur des systèmes embarqués a connu une croissance de 9,9 % de ses effectifs par an. Une croissance qui devrait encore évoluer dans les prochaines années.

Systèmes embarqués Les secteurs porteurs
Une enquête réalisée par Syntec Numérique et le cabinet Pierre Audoin Consultants en 2012 sur le marché des systèmes embarqués en France indique que l’aéronautique, l’automobile et le ferroviaire constituent les domaines d’application les plus pourvoyeurs d’opportunités, que ce soit pour les éditeurs ou pour les sociétés de services. On observe également une croissance dans l’utilisation des outils open source dans l’embarqué, surtout pour les plateformes de développement ou de test, et pour les logiciels embarqués de téléphonie mobile.

Les métiers porteurs
Si l’on regarde les statistiques de l’OPIEEC, près de 10 % des effectifs de l’embarqué travaillent comme ingénieur en recherche et développement, dans le secteur de l’électrique, de l’électronique ou de la mécanique et presque autant dans les métiers de la conception ou du développement de logiciels. Suivent les chefs de projet, les architectes et les spécialistes test, le métier le moins représenté étant celui de responsable process et méthodes, assurance qualité ou certification.

Les entreprises où postuler
Près de 76 000 entreprises sont impliquées dans les systèmes embarqués en France, dont 0,4 % sont des “pure players” (100 % de leur chiffre d’affaires réalisé dans l’embarqué). Les acteurs des systèmes embarqués se partagent entre opérateurs, ensembliers/OEM, fournisseurs de technologies et sociétés de services. Une nouvelle catégorie d’acteurs “over the top” (OTT) du type Google et Apple, prend de plus en plus d’importance. D’après l’OPIEEC, les 10 sociétés qui recherchent le plus de profils dans l’embarqué sont Alten, Capgemini, Altran, Sopra Group, Orange, Gfi, CGI, Neurones, Ausy, Atos.

Les régions à privilégier
Toujours d’après l’étude de l’OPIEEC, 3 régions sortent du lot : l’Ile-de-France, avec le plateau de Saclay notamment, le Sud-est (Grenoble et Sophia-Antipolis) et le Sud-ouest (Bordeaux et Toulouse, tirées par l’aéronautique). Ces données correspondent d’ailleurs à la répartition géographique des offres proposées dans les systèmes embarqués par l’Apec. On note également un mouvement des acteurs français vers les marchés internationaux, en particulier sur la zone Europe, qui commence à concurrencer les Etats-Unis et l’Asie. Cette stratégie d’internationalisation se traduit notamment par l’ouverture d’agences et la recherche de partenariats à l’étranger.

Systèmes embarqués : ce que recherchent les recruteurs

Les systèmes embarqués sont en plein boom. Vous souhaitez vous engager ou trouver un autre poste dans ce domaine ? Voici ce qui séduit les recruteurs.


Systèmes embarquésNiveau Bac +5 requis
Quelle que soit la spécialité (aéronautique, automobile, ferroviaire, téléphonie…) ou le métier (conseil, ingénierie système, ingénierie physique, logiciel, testing…), mieux vaut sortir d’une école d’ingénieurs ou d’un Master à l’université pour travailler dans les systèmes embarqués.

En dehors des formations généralistes d’ingénieur en électronique ou en informatique, de nombreuses formations spécialisées vous sont désormais proposées : Mastère spécialisé Architecte de systèmes embarqués à Supélec, spécialisation systèmes embarqués à l’ENSTA Bretagne, spécialité de M2 systèmes embarqués et informatique industrielle à l’université Paris Sud… Vous avez le choix !

La connaissance de certaines technologies
Les systèmes embarqués sont de plus en plus complexes, faisant appel à des technologies multiples : micro-nano systèmes, molécules-machines intégrés, micro-propulsion, génie logiciel, architecture, maquettes numériques… Aussi, les entreprises recherchent des profils pointus en électronique et en informatique notamment, capables de s’adapter aux évolutions de demain !

Vous devez être au fait des dernières technologies, que ce soit dans les langages de programmation (Java, C, C++…), les plateformes d’exécution (Java ME, Java Card, Android, iOS…), les plateformes embarquées de confiance (cartes à puce, TPM, TEE…) ou les technologies liées aux applications sécurisées (sécurité informatique, cryptographie…).

Les plus pour la partie logicielle : la connaissance des normes (A-SIL, AUTOSAR…), des outils d’intégration sur cible (émulateurs, analyseurs de bus…) et des protocoles de communication (USB, CAN…).

Des qualités bien précises
Travailler dans le domaine des systèmes embarqués nécessite de réussir à coder des interfaces performantes en situation de fortes contraintes ou à concevoir des systèmes à la fiabilité infaillible – certains systèmes ne pouvant pas être corrigés après production. De ce fait, les entreprises recherchent des professionnels rigoureux et ayant le sens du détail. L’ingénieur en systèmes embarqués doit également déployer toute sa créativité pour résoudre des problèmes toujours nouveaux et faire preuve de curiosité. Devant la vitesse des évolutions technologiques, il faut sans cesse renouveler ses connaissances.

Metsys : un pure player Microsoft en pleine croissance

METSYS, société de services spécialisée dans les technologies Microsoft et de son écosystème, souhaite recruter près de 30 ingénieurs sur l’année 2015.

Logo Metsys Présentez-nous votre société :

METSYS, s’impose depuis maintenant plus de trois ans comme une entreprise innovante sur l’ensemble des technologies Microsoft. En tant que partenaire privilégié, METSYS est aujourd’hui reconnue par ses clients comme un véritable interlocuteur sur l’ensemble des problématiques d’infrastructure systèmes. Depuis 2011, nous connaissons une croissance continue, la bonne santé de notre entreprise s’explique certainement par la qualité du service rendu auprès de nos clients.

Dans un secteur aussi compétitif, quelle est votre différence ?

Notre différence se joue sur notre positionnement en tant que spécialiste des technologies Microsoft. METSYS possède déjà sept domaines d’expertises Microsoft (notamment la messagerie, communications unifiées, Cloud, postes de travail et datacenter) dont six au plus haut niveau (Gold). Ainsi, nous avons aujourd’hui un très haut niveau de certifications ; nos consultants, véritables experts Microsoft, sont récompensés et reconnus lors de leurs missions.

Quels profils recherchez-vous ?

Nous souhaitons recruter sur l’année 2015, près de 30 consultants sur la solution Microsoft, mais également, de jeunes talents ayant des parcours de formation en alternance. Nous recherchons des collaborateurs passionnés et qui souhaitent s’investir dans leur cœur de métier. Ces recrutements sont consécutifs à notre développement et viendront naturellement accompagner notre croissance.

Quel est le processus de recrutement chez METSYS ?

Notre politique de ressources humaines est axée sur une démarche de proximité, nous recrutons beaucoup via la cooptation interne. Cependant, nous n’hésitons pas à passer également via des sites emplois ou encore les réseaux sociaux. Les offres sont également disponibles sur notre site Internet : www.metsys.fr

Quels sont selon vous les avantages de votre entreprise pour un candidat?

Pour attirer les talents, nous avons mis au point un package social. METSYS prend en charge la mutuelle, les déjeuners, le transport, le matériel, voire les frais de crèche de nos collaborateurs. Et ces derniers sont encouragés à se former via la distribution de primes. Des avantages qui représentent l’équivalent de 7.000 € par an et par collaborateur.

Les raisons de rejoindre METSYS :

– accroître chaque jour votre expertise et travailler sur les dernières technologies Microsoft;
– évoluer dans une entreprise qui investit dans votre formation et votre progression de carrière;
– intervenir auprès de clients grands comptes, pour partager vos savoirs;
– rejoindre une société jeune, et vivre sa croissance fulgurante.

Ce que votre CV ne doit pas contenir …

sens interdit

Vous connaissez les rudiments de la rédaction d’un curriculum vitae – comment le présenter, l’ordre des parties et sa longueur en fonction de votre expérience.
Mais êtes-vous au fait de ce qu’il ne faut pas écrire ? Les choses que vous ne devriez pas inclure? Ce qui n’est pas écrit peut avoir autant d’importance que ce qui y figure.
Retrouvez les 10 points clés qui n’apparaissent pas dans un CV gagnant.

#1 Des fautes de frappe et des erreurs de grammaire.
C’est la première des règles, dite, redite et rabâchée chaque année à des milliers de candidats, même la plus petite faute de frappe, un mot manquant ou la mauvaise forme d’un mot, (son/sont, est/ait, etc…), peuvent réduire à néant vos chances de progresser dans votre recherche d’emploi.        
D’un autre côté, un CV clair et sans faute, vous ouvrira des portes. Utilisez les logiciels de correction orthographique, mais pas seulement. Demandez ensuite à un ami, un enseignant ou un collègue qui s’y connait en orthographe/grammaire de relire votre version finale.

#2 Vos informations personnelles.
Votre âge, votre état matrimonial, et le cas échéant si vous avez des enfants peuvent jouer en votre défaveur. Si tel est le cas, ne les faites pas apparaître. Si au contraire ils peuvent attester de votre stabilité ou de votre sens des responsabilités, vous pouvez les y laisser.
A l’inverse votre religion, votre orientation sexuelle ou vos opinions politiques sont des éléments qui ne doivent pas figurer sur votre CV. Sachez enfin que les recruteurs sont légalement tenus de ne pas vous poser ces questions. Si ce n’est pas le cas et qu’on vous pose une question qui n’est pas directement liée à l’emploi auquel vous postulez, abstenez-vous ou restez évasif.

#3 Photo ou pas de photo ?
Sauf dans le cas de métiers d’acteurs ou de la scène, une photo sur un CV n’est pas obligatoire. Cependant dans certains pays comme aux USA, une photo sur un CV peut être mal perçue car des recruteurs craignent d’être accusés de discrimination fondée sur l’apparence. C’est à voir au cas par cas en fonction de la culture de l’entreprise (à limiter dans les entreprises américaines).        
De plus, tout comme pour les informations personnelles, une photo peut aussi vous desservir : si elle ne vous met pas en valeur, ne la mettez pas sur votre CV.

Au contraire, si vous avez une photo professionnelle (on évite les photos de vacances « coupées » ou une photo qui date de 10 ans) une photo peut accrocher le regard et inciter le recruteur à s’intéresser à votre CV. Inutile enfin d’avoir une photo totalement décorrélée de son métier : il n’est pas necessaire d’arborer le tailleur quand on est une sportive de haut niveau ou le costume quand on pratique une activité dite « manuelle . Une tenue propre et sobre suffit.     
Dernier conseil, une photo est une photo de visage et non sur pied. Elle ne doit pas excéder la taille de  3cm x 4cm sur votre CV.

#4 Votre sens de l’humour que le monde vous envie.
Sauf si vous postulez pour être le nouveau comique du moment, gardez vos beaux mots pour quand vous aurez passé la période d’essai,  pas avant. L’intelligence verbale et les jeux de mots du second degré ne font pas bon ménage sur le papier. Malheureusement, les recruteurs n’ont souvent pas le loisir d’apprécier les talents comiques de leurs candidats.
Peu importe comment vous voulez vous démarquer parmi les dizaines d’autres candidatures, ce n’est pas le bon moyen.

#5 L’intégralité de vos emplois et responsabilités
Sauf si vos expériences professionnelles sont assez maigres, il n’est pas nécessaire de lister tous vos emplois (job saisonniers, courtes missions d’intérim, etc.). Le but est de mentionner uniquement ce qui est pertinent, par exemple le bénévolat et les stages dans la mesure où ces expériences abondent dans le sens de votre candidature.
Le principe est le même pour les responsabilités de vos emplois : plutôt que d’énumérer chaque tâche que vous avez remplie, mentionnez uniquement celles qui s’avèrent pertinentes pour le poste auquel vous postulez et de cette manière, restez spécifique. Lors de la rédaction d’un curriculum vitae, il est bien plus important de démontrer vos compétences dans la résolution de problèmes que d’avoir une liste exhaustive de vos missions dans tous vos emplois.

#6 Des mots vides de sens
Méfiez-vous des mots à la mode ou galvaudés. Le jargon n’ajoute pas sens et peut refroidir les recruteurs. Evitez alors les termes comme «exploiter les synergies », « être un leader réfléchi » ou encore « sortir des sentiers battus » sauf si vous souhaitez écourter l’attention qu’un recruteur vous porte.

#7 Les raisons de vos départs précédents
Pour un recruteur, ces informations ne sont jamais attendues sur un CV. En effet cela porte atteinte au récit de vos points forts et comment vous pouvez les appliquer lors de votre future mission. Si certains veulent savoir pourquoi vous avez quitté un de vos précédents emplois, cette question viendra lors de l’entretien pendant lequel vous aurez tout loisir de vous expliquer.

#8 Vos « hobbies » inavouables
Si votre CV est déjà bien rempli, ne surchargez pas la section « divers » avec des activités qui n’apportent aucun « plus » à votre candidature. Si vous avez des activités associatives telles que du soutien scolaire ou de l’humanitaire vous pouvez l’inscrire ; au contraire votre collection de capsules de bouteilles de bière ou de paires de chaussures n’est  pas vraiment opportun.

#9 Vos prétentions salariales
Il serait présomptueux de mentionner cette information sur votre CV ; de plus cela peut présenter un effet pervers : si vos attentes sont au-dessus du budget de l’employeur, vous ne serez même pas convoqué à l’entretien car ce serait du temps perdu. Si au contraire il est trop faible, vous pourriez être payé moins que ce que l’employeur est prêt à offrir.     
Si l’annonce demande explicitement vos prétentions salariales, donnez une tranche assez large pour ne pas vous brider. Vous pouvez également préciser que vos exigences dépendront de différents facteurs (horaires, congés et autres avantages liés à la société).

#10 « Références sur demande »
Inutile de le préciser : quel candidat refuserait de fournir de telles informations si on le lui demandait. A part agacer les recruteurs, cette mention n’a aucun intérêt. De la même manière, on n’inscrit pas ses références sur un CV français. En effet on ne laisse pas « traîner » des coordonnées téléphoniques ou mail de personnes sans savoir qui les lira.     

Lors de la rédaction de votre curriculum vitae, faites le tenir sur une à deux pages en fonction de votre expérience. Il n’est pas cohérent pour un jeune diplômé d’avoir un CV de plusieurs pages ; ce qui serait plus compréhensible pour une personne ayant occupé de nombreux emplois dans sa carrière. Optez pour un CV chronologique ou par compétences facile à lire, utilisez des mots clés et dégagez le superflu.

22e édition du Forum Atlantique le 9 décembre 2014 au Centre des Congrès de Nantes !

La 22ème édition du Forum Atlantique se déroulera le Mardi 9 décembre 2014 à la Cité, Centre des Congrès de Nantes. Cet évènement est le plus grand forum de rencontre Etudiants-Entreprises du Grand Ouest. Près de 80 entreprises et 2500 visiteurs y sont attendus cette année.

Forum AtlantiqueLe Forum Atlantique fêtera cette année ses 30 ans d’existence, c’est un évènement incontournable dans la dynamique  des relations étudiants-entreprises. Il est aujourd’hui co-organisé par 6 grandes écoles Nantaises : l’Ecole Centrale de Nantes, l’Ecole Supérieure du Bois, l’Icam, l’Ecole des Mines de Nantes, ONIRIS et Polytech Nantes.

Au travers d’échanges directs, les étudiants et jeunes diplômés auront l’opportunité de rencontrer plus de 80 entreprises parmi les secteurs clés de l’ingénierie. Les visiteurs pourront également assister à plusieurs conférences, mais aussi faire corriger leurs CV et avoir des réponses précises sur le monde de  l’emploi auprès de partenaires présents lors du Forum.

C’est une occasion unique pour élargir son réseau professionnel, se renseigner sur les entreprises, rencontrer des ingénieurs et responsables des ressources humaines et éventuellement décrocher un stage ou un premier emploi.

Forum Atlantique, Mardi 9 Décembre 2014 – Entrée libre, 9h-17h30
La Cité, Centre des Congrès de Nantes, 5 rue de Valmy, 44 000 Nantes
www.forumatlantique.fr

GDF SUEZ IT se lance à la recherche de nouveaux talents SI

Pour accompagner la stratégie numérique du groupe, GDF SUEZ IT renforce ses équipes en recrutant des chefs de projet SI, des architectes infrastructures IT, des contracts managers, des analystes fonctionnels ou encore des Delivery managers…

GDF SUEZ LogoGDF SUEZ IT (700 collaborateurs en France et en Belgique) est l’intégrateur de référence des systèmes d’information du Groupe, véritable vivier de compétences et d’expertises au service de 140 000 collaborateurs.

Ses missions sont :

– déployer des solutions technologiques nouvelles et performantes : solutions de mobilité, outils collaboratifs, Business Intelligence, etc.
– piloter des projets et des missions utiles aux hommes : poste de travail, datacenters, réseaux internationaux, etc.
– mobiliser des profils informatiques pour contribuer à la transformation numérique des métiers de l’énergie.

Intégrer la filière SI de GDF SUEZ, c’est avoir un accès privilégié à de nouvelles opportunités, de la gestion de logiciel au cloud en passant par le big data et les objets connectés. C’est aussi s’ouvrir les portes de GDF SUEZ, acteur mondial de l’énergie.

Consultez nos offres et postulez pour rejoindre nos équipes : www.gdfsuez.com/gdfsuez-it-recrute