Chief Happiness Officer : comment mettre le bonheur en boîte ?

Chief Hapiness Officer?

Le Chief Happiness Officer (ou Feel Good Manager, Captain Happiness, Mr Happy, on en passe !) pourrait avoir l’équivalent, dans notre petit patois français, de directeur du bonheur… Beaucoup moins fun ! L’oxymore pourrait même s’avérer dangereux : accoler “diriger” et “bonheur” dans le même intitulé, c’est un peu risqué. Et pourtant ! S’il est pris au sérieux, le Chief Happiness Officer peut avoir un impact énorme sur le bien-être des salariés et le succès de l’entreprise. Il ne faut simplement pas se fier au raccourci que le titre laisse suggérer : le CHO n’est pas un créateur de bonheur, mais bien celui qui fait en sorte de le rendre possible. On vous dit tout sur ce métier sorti tout droit de la vallée des Bisounours dorés.

A l’origine, le concept est né au cœur de la Silicon Valley, des cellules grises de Chade-Meng Tan, ’un ingénieur embauché par Google pour veiller au développement et au bien-être de ses collaborateurs. Il s’élabore sur-mesure la fonction de « Jolly Good Fellow » (le joyeux camarade, cet ami qui vous veut du bien !) et crée le premier métier à tisser des liens du monde de l’entreprise. Il est désormais milliardaire et enseigne la méditation. Et ça en a fait méditer plus d’un ! 

Crash report : les chiffres choc 

Derrière l’intitulé scintillant, une exigence humaine de premier plan, tant pour la santé publique que pour l’économie. La grande hypocrisie qui cultive l’image du bon élément forcément débordé, soucieux, stressé, se mord la queue depuis longtemps. Un employé stressé est un potentiel gâché. ”On n’est pas là pour faire dans le social” ? Si, et ça urge ! L’humain ne se gère pas comme des chiffres et les chiffres le prouvent bien. 

– En France, le coût social du stress a été estimé entre 2 et 3 milliards d’euros par an (source : INRS et Arts et Métiers ParisTech).

– En moyenne, 400 suicides directement liés au travail chaque année (source : conseil économique, social et départemental)

– En France, 480 000 salariés souffrent de manifestations pathologiques liées à de la souffrance psychique (source : INVS)

– Une étude menée chez Johnson & Johnson sur 6 ans a apporté des résultats stupéfiants : 250 000 de dollars d’économies réalisées grâce à la mise en place d’un programme de bien-être au travail, et en moyenne un ROI de 2,71 dollars pour chaque dollar investi.

– En Belgique aussi, ça fonctionne : « Depuis la création d’un poste de CHO, les salariés sont deux fois moins malades, six fois moins absents, neuf fois plus loyaux, 31 % plus productifs, 55 % plus créatifs, le taux de candidatures spontanées a augmenté de 500 %. Dans le même temps, le taux de départs volontaires a diminué de moitié.» (Laurence Vanhée , Chief Happiness Officer au ministère belge de la Sécurité sociale)

Happiness is Business

Ce rôle existe donc depuis longtemps dans de nombreuses entreprises, tout comme le burn out n’a pas attendu son nouveau nom de code pour faire des ravages en entreprise. On a simplement dépoussiéré ses fonctions éparpillées pour en faire un poste à part entière et une priorité assumée. Et il était temps ! Les dirigeants sont souvent les derniers à se rendre compte des problèmes qui se gangrènent derrière les sourires de convenance, et même après la prise de conscience, assumer publiquement qu’on dirige une entreprise malade n’est pas chose aisée. Admettre le problème est une preuve d’humilité et de bon sens, un premier pas qui coûte, mais qui paye. 

Ses missions 

Bonheur en entreprise, mission(s) impossible(s) ? 
Oui…et non ! 
Bien sûr, on ne fabrique pas le bonheur, mais on peut créer les conditions qui le rendent possible. Selon le précepte épicurien, il est absence de douleurs (ou stress physique : surmenage, mauvaises habitudes alimentaires, addictions pour tenir la pression – café, cigarette, grignotage…) et de troubles de l’âme  (ou stress psychologique : tensions relationnelles, harcèlement vertical ou horizontal, sentiment d’échec personnel, manque de reconnaissance, etc.). Le CHO est un antistress incarné qui reprend les missions auparavant réparties entre les RH, la com’, la médecine du travail et autres intermédiaires du monde de l’entreprise. 

– médiateur : encourager le dialogue, créer du lien, entretenir les motivations au niveau individuel (suivi personnel, coaching…). Permettre une communication transversale.
– fédérateur : il a aussi pour mission d’entretenir l’ambiance, la cohésion, une culture d’entreprise positive en organisant notamment des activités amusantes : concours, ateliers créatifs, happy hours, événements et activités extérieures.
– moteur : par son dynamisme et son charisme, il doit donner un nouvel élan, redonner des valeurs, encourager les talents, cultiver une image valorisante de l’entreprise et à terme, bien sûr, booster la productivité.

Comment devient-on CHO ?

On ne devient pas CHO. On a le potentiel ou pas. Le CHO peut être bardé de diplômes ou pas; il doit être reconnu pour des qualités qui ne se détectent pas sur CV : écoute, empathie, enthousiasme, altruisme, charisme, humour, créativité, et surtout de l’énergie, beaucoup d’énergie. Le CHO, sous son costume de G.O, a en charge la plus insaisissable richesse de l’entreprise : l’humain. Sans véritable goût de l’autre, il n’arrivera à rien.

Il y a autant de CHO que d’entreprises : il est souvent choisi en interne pour miser sur un profil déjà remarqué, mais peut aussi être choisi à l’extérieur pour son regard neuf et son impartialité. 

Salaire 

Très variable, selon la fonction antérieure, l’expérience et le projet, mais peut évoluer considérablement si résultats probants. Un Chief Happiness Officer efficace peut sauver une entreprise. Les salaires varient entre 40 000 € annuels pour un chargé de communication et jusqu’à 100 000 € pour un directeur de communication, plus encore s’il intègre ou fait partie du comité de direction. 

Vous vous reconnaissez ? Alors lancez-vous dès aujourd’hui à la poursuite du bonheur ! 

> A lire aussi :
– Dites stop aux gros maux ! La déprime au travail, c’est fini ! 
– Développez votre intelligence émotionnelle pour monter en grade : 6 façons de booster ses qualités relationnelles pour décrocher une promotion
– Le bonheur est dans la start-up : 10 qualités requises pour y travailler

IS YOUR DATA SAFE ? SAVE THE DATE !

IS  YOUR DATA SAFE ?

Curieux ou passionnés de cybersécurité ? Deux événements sont à ne manquer sous aucun prétexte fin janvier : le Forum international de la Cybersécurité de Lille et la Journée mondiale de la protection des données personnelles. A vos agendas.

9e Forum International de la Cybersécurité 2017
24 et 25 janvier 2017 
Lille Grand Palais 
Gratuit. Inscription préalable conseillée.  

Si les métiers de la cybersécurité vous intéressent, ce forum est simplement incontournable. Au programme, ateliers et conférences passionnantes, remise des prix Challenge et livre Cyber, démonstrations variées, dont les attaques des Fic Hacking Trucks…
L’essor des nouvelles technologies jusqu’au cœur du monde physique fait de la sécurité une absolue priorité, et pas seulement pour l’informatique : les dommages matériels et les pertes humaines ne sont plus des risques théoriques. Monde physique et espace numérique interagissent constamment et les évolutions sont permanentes. La sécurité informatique doit suivre, être intégrée de façon native et se montrer plus intelligente pour répondre aux défis d’un monde toujours plus hybride. 
Multiplication des capteurs, intelligence artificielle, réseaux et ordinateurs quantiques, analyse prédictive, blockchain, chiffrement homomorphique…Ces usages et ces nouvelles technologies qui seront au cœur du FIC 2017 avec pour objectif de donner la parole aux entreprises qui ne peuvent plus avancer sans le numérique et doivent impérativement intégrer la sécurité au quotidien. Seule la cybersécurité peut assurer sur le long terme une interaction vertueuse réel/virtuel. La sécurité informatique exige ses spécialistes, comme notre santé  repose sur des médecins qualifiés.
Pour coordonner haute technologie, compétitivité et innovation sans se fragiliser, le monde de l’entreprise est donc prêt à investir : une niche d’emplois qualifiés majeure ! 

Journée mondiale de la protection des données personnelles – Data Privacy Day 
Initiative internationale
28 janvier 2017

Reprenons le contrôle ! À l’occasion de la journée internationale de la protection des données, de nombreux « cafés vie privée » ou « chiffrofêtes » seront organisés en France. Ces initiatives sont des séances de formation conviviale à la sécurité des données informatiques et à la protection de la vie privée en ligne. Ordinateur nécessaire ! L’Observatoire des Libertés et du Numérique s’associe à cet événement. Chacun est bien sûr libre de fêter cette journée comme bon lui semble : l’occasion pour tout acteur du monde informatique de se faire connaître en proposant une initiative collective. Et vous, vous faites quoi le 28 ? 
C’est cadeau ! > La protection Data en 101 points essentiels par le Digital Guardian. 

Focus formation / emploi cyberhero ! 

Formations et certifications Cybersécurité 
Les certifications agréées sont contrôlées par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information – ANSSI. Formations dans toute la France : l’ANSSI les recense.
Attention ! A partir de janvier 2017, l’actuelle liste des formations sera harmonisée avec le programme Secnumedu, le label de formations initiales en cybersécurité de l’enseignement supérieur. 
Côté pro  
Vous pouvez suivre une formation professionnelle via le Conservatoire National des Arts et Métiers qui délivre des formations certifiées dès le niveau bac et propose une spécialisation Sécurité et Réseaux. Conditions d’accès et d’inscription selon région de formation : renseignez-vous ! 
Il existe également de nombreuses formations continues certifiantes, même en ligne, dans le domaine de la Cybersécurité, mais il faudra payer pour qu’elles payent sur votre CV ! 

Certifications françaises et internationales les plus demandées 
Méthode EBIOS développée par l’ANSSI 
Méthode MEHARI conçue par le Clusif 
Suite ISO/CEI 27000
CEH (certified ethical hacker)
CISSP (Certified Information Systems Security Professional)
CISM (certificat pour les managers en sécurité)

Wanted ! Emploi sécurité > sécurité de l’emploi ! 
De nouveaux cœurs de métier se développent dans le domaine de la défense et de la protection, et le monde du travail est plus que jamais en attente de ces nouveaux talents caméléons, de ces vigies capables d’anticiper les changements. Les jeudis suivent quotidiennement le marché de ces métiers passionnants et doublement prometteurs : ça recrute et ça paye !
Consultant sécurité (bac + 5 > possibilité d’évolution vers RSSI)
RSSI (Responsable de la sécurité des systèmes d’information, Bac + 5 et expérience)
Expert sécurité
Ingénieur sécurité

Les profils les plus recherchés en ce moment 
> Retrouvez toutes les offres d’emploi cybersécurité sur lesjeudis.com.
> Les autres  événements IT incontournables début 2017
  > Un aperçu du futur des ingénieurs réseaux

Ecole 42 : le logiciel libre de l’éducation ?

Comment survivre à l'été au bureau ?

Photo : Xavier Niel, Président de 42, Nicolas Sadirac, Directeur Général de 42, Kwame Yamgnane, Directeur Général Adjoint de 42 et Florian Bucher, Directeur Général Adjoint de 42 – DR – Copyright © Laurent Belando

42, une école d’informatique alternative gratuite et ouverte à tous, révolution pédagogique reposant sur l’apprendre en faisant, tremplin des talents qui n’ont pas trouvé leur place dans le système classique, ça vous tente ? Alors on vous dit tout sur ce 42, le nombre de points sur une paire de dés, le nombre de bras de la déesse Guan Yin et accessoirement la réponse à l’existence, à l’univers, à tout, selon The Hitchhiker’s Guide To The Galaxy. Et Xavier Niel. 

Ce visionnaire qui fait fortune en créant des services pour le Minitel rose et lance Free 12 ans plus tard, a décidé d’investir, de s’investir surtout, dans la formation alternative. Avec plusieurs associés (anciennes hautes fonctions Epitech), il ouvre les portes de l’école 42 à Paris en juillet 2013 et avec elle une certaine idée de la réussite : pour lui, sans argent ni diplôme, on peut devenir le développeur le plus brillant de sa génération.

Utiliser sa liberté

Ouverte à tous, l’école n’en est pas moins sélective, mais les chanceux qui passent la première sélection sur dossier et le mois de tests pratiques sont ensuite pris en charge et portés vers la réussite à condition de savoir utiliser leur liberté : pas de professeurs, de notes ni de partiels mais un parcours de progression reposant énormément sur l’autodiscipline.  Une révolution éducative comparable à l’alternative du logiciel libre dans le domaine de la programmation. Trois ans après, le succès de ce modèle ne se dément pas et conduit Xavier Niel à ouvrir une nouvelle école très attendue et déjà soutenue par Evan Spiegel (Snapchat), David Marcus (Facebook) ou encore Jack Dorsey (Twitter)…au cœur de la Silicon Valley en Californie !

L’école 42, quelles sont mes chances ?

L’inscription à la formation est gratuite et concerne chaque année environ 850 étudiants sur Paris…pour 80 000 demandes au départ ! Après des tests en ligne, un mois de « Piscine », étape de sélection pendant laquelle l’aspirant doit réaliser des TP en langage C sous le regard quasi-omniscient de l’équipe pédagogique aidée du Big Data. La progression est notée en XP ! Pour l’heure, même s’il est difficile de juger sur résultats – la première promo a à peine achevé son cursus – on sait les élèves très recherchés !

Keep calm and rm -rf  ~/*”

Si on imagine bien l’extravagance de moyens déployés par Niel et associés pour que l’école offre aux étudiants les meilleures conditions d’apprentissage et de vie partagée, on pense moins aux exigences sous-jacentes de cette école  en quête acharnée de talents. Un coup d’œil de l’intérieur pourrait équilibrer ce tableau un peu trop lisse ! Nicolas, et Guillaume témoignent.

Top 5 carrières pour l’élève 42

Direction l’entrepreneuriat, les start-up, ou les digital factories de grands groupes, mais quelles casquettes privilégier ? Jetez un coup d’œil à nos fiches métier et salaire !
1/ Son solfège, c’est le code, elle élève la fine fleur des développeurs !
2 / Formés au management, ils peuvent se tourner vers la création de startup ou le métier de chef de projet.
3/ Plongés dans les infrastructures, au cœur des systèmes d’exploitation, réseaux, clouds, ils peuvent devenir  administrateur système, ingénieur réseau.ou encore expert(e) en sécurité informatique.
4/ Côté innovation, elle tourne bien sûr ses poulains vers le développeur d’applications mobiles
5/ S’ils ont la fibre artistique, ils sont prêts à devenir concepteur/conceptrice de jeux vidéo  ou multimédia.
6/ Enfin, s’ils sont indécis, ils restent à l’affut des dernières offres d’emploi publiées grâce à leur job alert quotidienne sur lesjeudis.com !

L’infocosme s’agrandit !

STATION F : Le 1er avril 2017, à moins d’un très gros poisson d’avril, l’infocosme s’agrandit avec Station F implantée dans la halle Freyssinet : un campus de 1000 start-ups du monde numérique dans un espace de travail partagé. Si l’expérience Nieliste vous tente, vous avez jusqu’au 5 février !
NOC42 : Cet univers n’a pas fini son expansion puisque l’extension NOC (Not Only a Campus) est en cours. Logements étudiants abordables et améliorations dans le quartier pour favoriser la synergie étudiants / habitants : jardins partagés, épicerie solidaire, salle de sport, etc. Le tout dans une ambiance architecturale désireuse de concilier haute technologie et nature : la science est une pensée « naturelle » !

A noter
Et pour ceux que le surtitre “Keep calm and rm -rf  ~/*” a laissé perplexe, c’est le  fond d’écran des ordinateurs de l’école 42, cette ligne de code étant celle qui supprime tout.

A lire aussi :

Access Masters Tour : Salon des Masters, MBA & Mastères Spécialisés

Paris 17ème, samedi 28 janvier 2017
De 15h30 à 20h30 à l’Hôtel Hyatt Regency, Porte Maillot

Chaque année, l’Access Masters Tour offre l’opportunité exceptionnelle à des milliers d’étudiants (niveau Bac +3) de rencontrer les Directeurs d’Admission des meilleures écoles de commerce françaises et internationales en un seul lieu.
Grâce à un Master spécialisé prestigieux, vous pourrez développer votre talent dans le domaine de votre choix, profiter d’un fort réseau international et ainsi faire la différence sur un marché du travail compétitif.
C’est le moment de choisir le Master qui vous convient le mieux !

Rejoignez-nous le 28 janvier à Paris pour trouver votre programme idéal.

La valeur ajoutée de ce salon pour vous

  • Entretiens individuels (ou par groupe de deux) avec les Directeurs d’Admission des Masters les plus réputés en Finance, Marketing, Management, Relations Internationales…
  • Séance de coaching avec un expert Access Masters pour discuter de votre projet de d’étude et objectif professionnel
  • Accès libre aux écoles de commerce et management participantes (sans rendez-vous)
  • Bourses d’études exclusives aux candidats préinscrits en ligne

New York, Londres, Madrid, Vancouver ou Hong Kong ?
Choisissez votre Master parmi de nombreuses destinations en vous inscrivant gratuitement ici : http://www.accessmasterstour.com/paris-fr/index.html

Salon des meilleurs MBA à Paris

Paris, Samedi 28 janvier 2017
De 9h à 15 à L’hôtel Hyatt Regency Etoile, 75017 Paris (sur invitation)
Métro : Porte Maillot

Chaque année, l’Access MBA Tour offre l’opportunité à des milliers de professionnels de rencontrer les directeurs d’admissions des meilleures formations MBA internationales (HEC Paris, ESCP, ESSEC, Mc Gill, HULT, Imperial College, EDHEC, IMD, SDA Bocconi, EM Lyon et bien d’autres).
Avec une formation MBA en poche, vous pourrez développer vos compétences professionnelles, bénéficier d’un réseau international et ainsi faire la différence face aux recruteurs.
C’est le moment de choisir le MBA qui vous convient !

Ce qui vous attend au salon:

  • Plus de 50 programmes MBA et Executive MBA
  • Entretiens individuels avec les Directeurs d’Admission des meilleures écoles de commerce françaises et internationales
  • Conférences thématiques animées par les représentants d’écoles et anciens élèves
  • Discutez de votre projet avec un consultant spécialisé
  • Workshops d’aide à la préparation au test GMAT
  • Bourses d’études et solutions de financement 

Inscription gratuite et obligatoire sur :

http://www.accessmba.com/paris-fr/index.html

Quatrième révolution industrielle : quels impacts sur l’emploi ?

Quatrième révolution industrielle : quels impacts sur l'emploi ?

Depuis 1971, Davos accueille les plus hauts dirigeants d’Etats, de gouvernements et d’entreprises pour le Forum économique mondial. Au programme cette année, cinq jours de conférences et de débats sur la situation économique internationale. La première préoccupation des décideurs sera la quatrième révolution industrielle, celle de l’intelligence artificielle, des objets connectés et de l’impression 3D. Quels seront les impacts de cette révolution numérique et technologique sur les emplois d’ici 2020 ? Éléments de réponses.

Les plus grands décideurs économiques et politiques de la planète – une cinquantaine de chefs d’Etat et 1 200 dirigeants d’une centaine de pays – se retrouvent du 17 au 20 janvier 2017 au 47ème forum économique de Davos, en Suisse. Avant son coup d’envoi, les organisateurs ont publié un rapport (Global Risks Report 2017) réalisé auprès de 750 experts mondiaux, sur les principaux risques que va connaître le monde en 2017. Outre les risques climatiques, et les fractures sociales ou les changements politiques, un sujet se dégage du rapport : l’accélération du développement des technologies dans le domaine de la robotique, de l’intelligence artificielle pourrait avoir un impact négatif sur l’emploi, créer une nouvelle forme d’inégalités ou encore d’entraîner un risque financier avec des investissements non maîtrisés. Cela se traduirait par une perte nette de 5,1 millions d’emplois dans 15 pays, France compris, d’ici 2020.

L’automatisation et l’intelligence artificielle : un danger pour le marché du travail en France ?

La 4ème révolution industrielle fait peser « de nouveaux risques mondiaux » sur le marché du travail. Cependant, selon les travaux du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE), moins de 10% des emplois en France présente un risque élevé de remplacement par des robots et/ou logiciels. En effet, l’automatisation massive et complète, le remplacement des hommes par des machines ou des applications d’intelligence artificielle (IA), n’est pas encore d’actualité en France. Toutefois, les emplois des « cols bleus » (agents d’entretien, ouvriers qualifiés des industries de process et ouvriers non qualifiés de la manutention) et administratifs n’en sont pas moins inquiétés.  Près d’un emploi sur deux devra évoluer et se transformer sous l’effet de l’automatisation et de la numérisation. Mais peu de professions seront totalement remplacées par des machines et applications intelligentes durant la prochaine décennie.

Creusement des disparités hommes-femmes

Toujours selon le rapport du Forum économique mondial, les femmes seront moins nombreuses que les hommes à profiter des emplois de la 4ème révolution industrie. Ces dernières étant minoritaires dans les STEM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques), mais plus nombreuses dans des fonctions susceptibles d’être automatisées, comme le travail à la chaîne ou l’emploi administratif, elles sont donc plus exposées au déclassement. Le forum déclare que « les femmes risquent de perdre les meilleures opportunités d’emploi de demain » si la tendance ne change pas. Il est donc important de mener des campagnes d’information dès le plus jeune âge pour inciter davantage de femmes à se lancer, à progresser et à gagner leur vie dans les technologies.

Le « burn-out digital mondial »

Dans son article sur Davos, La Tribune décrit les business leaders « au bord du burn-out digital ! » Dans une étude réalisée par PwC auprès de 1400 chefs d’entreprise de 83 pays, membres de la communauté de Davos, le moral n’est pas au beau fixe. Seuls 27% du panel prévoit une amélioration de la croissance en 2017, soit 10 points de moins que l’an dernier. Entre techno-optimistes et pessimistes du progrès, les avis sont tranchés.
Certains économistes estiment que la nouvelle économie devrait produire de nombreux postes de travail après une phase de destruction, mais rien n’est moins sûr. Jusqu’ici chaque révolution industrielle s’est accompagnée par un progrès social et humain, avec un temps de transition : la première révolution industrielle (celle du charbon et de la machine à vapeur), puis la seconde (l’électricité et le travail à la chaîne), voire même la troisième (celle de l’informatisation) ont toujours conduit à des progrès de productivité et à la création de plus d’emplois qu’il n’en a été détruit. Avec la quatrième révolution industrielle, nous entrons dans l’inconnu, peut-être une forme de création destructrice. Même aux Etats-Unis, le doute apparaît : selon le très sérieux Wall Street Journal, la « destruction créatrice » semble plutôt faire place à une « déception technologique ».

Quelles solutions ?

Selon le rapport, « la société n’évolue pas au même rythme que les évolutions technologique ». Les politiques doivent donc intervenir rapidement pour changer la donne. Selon les experts, pour y remédier, il faudrait mettre en œuvre des formations et valoriser certains métiers pour remédier rapidement aux risques de pertes d’emploi.

Blue Monday : 4 conseils pour ne pas céder à la déprime au travail

Blue Monday : 4 conseils pour ne pas céder à la déprime au travail

Le saviez-vous ? Le troisième lundi du mois de janvier est le jour le plus déprimant de l’année, le fameux « blue monday ». Cette théorie provient d’une formule mathématique, plébiscitée par la compagnie Sky Travel lors d’une campagne publicitaire pour inciter les gens à voyager. Le calcul prend en compte différents paramètres : la météo (W = Weather), la différence entre la dette contractée pendant la période des fêtes et votre capacité à la rembourser avec votre prochaine paie (D-d = debt), le tout multiplié par le temps écoulé depuis Noël (T = time) et celui qui nous sépare de nos bonnes résolutions du Nouvel An (Q). Tous ces ingrédients rapportés au manque de motivation (M = motivation) et au besoin d’agir (Na) permettent de fixer la date avec précision. Pour ne pas céder à déprime du Blue Monday au bureau, découvrez nos 4 conseils clés.

1. Retrouvez de l’énergie
Tous les lundis, c’est la même rengaine : pas envie de retourner travailler et le week-end ne vous a absolument pas permis de vous reposer ! Pour éviter de vous retrouver avec de la fatigue accumulée, et arriver le lundi au bureau encore plus fatigué que le vendredi en le quittant, la clé est de ne pas décaler votre horloge biologique. Ce qui signifie qu’il vous faudra faire l’effort de vous lever à la même heure tous les jours, le week-end compris ! Autorisez- vous tout de même la sieste d’après déjeuner, celle-ci est toujours la bienvenue !

2. Tenez vos bonnes résolutions
D’après une étude de psychologie de l’Université de Scranton, 24% des personnes échouent chaque année à tenir leurs bonnes résolutions, 49% des personnes réussissent parfois à les tenir, et 8% des personnes, seulement, tiennent avec succès leurs bonnes résolutions.
L’astuce pour tenir vos résolutions cette année est de vous répéter tous les soirs, avant de vous endormir, votre résolution. Ne choisissez pas une décision impossible à tenir, procédez petit à petit pour laisser votre cerveau s’en imprégner et mettre en place plus facilement des mécanismes de répétition, de stimulation et de simulation.

3. Optez pour le télétravail
Il fait un temps de cochon ? Vous n’avez pas envie de mettre un pied dehors ? Les transports jusqu’à votre boulot vous fatiguent d’avance ? Alors optez pour le télétravail en ce lundi morose ! Le télétravail n’est pas encore adopté majoritairement en France, pourtant il fait partie des avantages que le salarié peut demander à son employeur. Le télétravail vous permettra avant tout d’économiser le temps de parcours entre votre domicile et votre lieu de travail. Vous pourrez ainsi gérer votre emploi du temps avec une plus grande marge de manœuvre et concilier plus facilement vie professionnelle et vie privée. Pour réussir vos premières expériences de télétravail, aménagez-vous un lieu de travail calme et confortable, correctement équipé et éclairé, et choisissez un endroit indépendant des lieux de vie et de passage.

4. Faites appel au Chief Happiness Officer
Pour neuf salariés sur dix, l’équilibre entre temps de vie personnel et professionnel est un sujet de préoccupation récurrent. La vie professionnelle prend toujours plus de place dans le quotidien, et peut être une source de stress. Depuis plus de 30 ans, ce sujet est inquiétant pour les entreprises modernes qui considèrent qu’un employé satisfait et heureux s’implique davantage dans ses missions et son entreprise. C’est de ce postulat qu’est né la fonction de Chief Hapiness Officer. Ce « responsable du bonheur » est le garant du bien-être en entreprise. Pour pallier à l’ambiance morose de l’équipe, le CHO peut mener différents types d’actions allant de la soirée entre collègues, à l’organisation d’activités, en passant par des formations ou tout simplement l’écoute des salariés. Les employés sont ainsi plus productifs, épanouis, trouvent un sens à leurs missions et retrouvent le sourire tous les lundis pour aller travailler !

10 tendances Web Design & UX en 2017

10 tendances Web Design & UX en 2017

Ça y est on a tourné la page de 2016 et on regarde dans le futur pour voir ce qu’il se fera de mieux en Web Design en 2017. Quelles tendances se dessinent pour cette nouvelle année ? Les tendances design 2016 sont-elles déjà de l’histoire ancienne ou bien continuent-elles leurs épopées ? Découvrez 10 concepts UX & Web Design de 2017 en infographie, afin d’accélérer les conversions de votre site, grâce à cette infographie réalisée par l’agence design de Chicago, The Deep End.

1. Un site responsive selon l’âge de l’utilisateur
Un moyen efficace de doper le taux de conversion car les internautes, selon leur âge, ne réagissent pas aux mêmes contenus, à la même mise en page ou aux mêmes graphismes. Grâce aux nouvelles métadonnées disponibles, vous pouvez modifier l’expérience en fonction de l’âge de vos utilisateurs, et ainsi augmenter vos chances de les toucher.

2. Le “skeleton screen”
Une grande partie de l’expérience utilisateur est basée sur la vitesse de chargement des pages. Afin d’éviter que l’internaute ne s’en aille à cause d’un temps de chargement trop long, il est important de charger les pages progressivement, du plus simple (sans les images) au plus complexe. De cette façon, les clients anticipent ce qu’ils vont voir.

3. Engager grâce aux chatbots
Les bots conversationnels se répandent, tout comme les manières créatives de les utiliser. Au-delà de la relation client, un chatbot va engager le client ou le prospect et ainsi augmenter vos taux de conversion.

4. Croiser les offres
Il est plus difficile pour un e-commerçant de vendre un produit à un nouveau client que de suggérer des produits similaires mais plus haut de gamme ou des produits complémentaires à ceux du panier de leurs clients. En proposant des upsells, des offres groupées ou des ventes croisées au moment du paiement, vous générez un panier plus élevé.

5. Animer ses boutons call-to-action
Proposer à un visiteur de s’inscrire à une newsletter, de s’abonner aux réseaux sociaux ou même de passer une commande, c’est bien. Attirer le regard sur les boutons qui permettent ces actions, c’est mieux. À condition de ne pas trop en faire : un mouvement subtil toutes les quelques secondes est suffisant pour attirer l’attention sans être agaçant.

6. Utiliser des cinemagraphs
Mi-photo, mi-video, avec un soupçon de gifs, le cinemagraph reste encore confidentiel mais attire assurément les regards : sur Facebook, les publicités utilisant ce procédé génèrent 60% plus de clics que les publicités statiques.

7. Mettre en avant de vrais utilisateurs dans ses vidéos
Des vidéos brèves qui mettent en scène de véritables utilisateurs de votre service, via des témoignages ou des tests produits, ajoutent de l’authenticité à votre discours, elles lèvent plus facilement les doutes et concluent ainsi plus facilement une vente.

8. Pop-up : transformer la contrainte en valeur
Exit Overlays, Pop-ups ou encore interstitiels : les utilisateurs ont appris à détester ces formats qui obligent à fermer une fenêtre publicitaire pour accéder au contenu. D’où l’importance de leur proposer de la valeur, sous la forme d’une offre, d’un coupon de réduction, d’un essai ou d’un envoi gratuit.

9. La fin de la homepage
Cette année, nous pouvons nous attendre à une dévaluation des pages d’accueil en faveur des pages de destination spécifiques et adaptes au comportement et au public. L’internaute accèdera désormais directement à ce qui l’intéresse en fonction de son profil, ou même que la homepage affiche les contenus les plus susceptibles de l’interpeller.

10. Construire le parcours client en scrollant
Scroller est devenu une habitude, voire une obligation sur mobile. Plutôt que de le laisser se perdre, c’est aussi une occasion d’orienter un visiteur, de dérouler un argumentaire pour faire sauter les doutes et amener une conversion.

Vous êtes web designer et cherchez de nouvelles opportunités de carrière ? Déposez votre CV sur lesjeudis.com et faites-vous répérer des recruteurs !

Cliquez pour agrandir l’infographie :

8 points pour faire son propre bilan de l’année écoulée

8 points pour faire son propre bilan de l'année écoulée

La période de décembre et janvier est propice à l’introspection avant de tourner une page vers la nouvelle année. C’est la période choisie généralement par les entreprises pour organiser des entretiens individuels d’évaluation. Afin de mieux les préparer, nous vous avons lister 8 points cruciaux pour établir votre propre bilan de l’année qui vient de s’écouler. Soyez lucide, honnête et impartial afin d’en tirer profit.

1. Se fixer des objectifs
Chaque année, fixez-vous entre 8 et 12 objectifs précis que vous pourrez évaluer en fin d’année. La réponse à la question « où en suis-je de mes objectifs de l’an passé ?» sera ainsi plus facile à trouver. Pour cela il vous suffira de comparer les points visés aux réalisations de l’année, en essayant de les qualifier de la façon la plus impartiale possible.

2. Tirer parti de ses succès
Le succès doit pouvoir vous servir de leçon. Essayez de surfer le plus longtemps positive sur cette vague en identifiant les moyens subjectifs (motivation, intérêt) ou objectifs (compétences, techniques, savoir-faire) qui ont été déterminants dans l’accomplissement de votre réussite.

3. Identifier les échecs
Même si la question des échecs est fâcheuse, il est nécessaire de se la poser pour accepter ses erreurs, rebondir et progresser. Vous aurez naturellement tendance à identifier un échec personnel au sein de l’entreprise, mais il faut aussi penser aux échecs qui impactent directement l’entreprise.

4. Améliorer son relationnel
Votre rapport aux autres peut avoir une conséquence directe sur vos performances ou votre réussite. Tentez de vous poser des questions objectives sur votre relationnel, et d’y répondre sincèrement dans le but de l’améliorer.

5. Mettre en place des améliorations
Certaines améliorations peuvent être précieuses pour un mieux-être au travail et sont souvent simples à mettre en place. Après avoir identifié vos réussites et vos échecs, réfléchissez aux améliorations que vous souhaiteriez mettre en place pour optimiser vos performances.

6. Se former
Les jeunes diplômés ont souvent le réflexe de continuer à se former en entreprise, mais les salariés de 15 à 20 ans de carrière ne l’ont pas toujours. N’hésitez pas à vous demander quelle(s) formation(s) ou aide(s) vous auriez besoin pour progresser. Quelle(s) nouvelle(s) compétence(s) vous souhaiteriez acquérir pour prétendre à de nouvelles fonctions au sein de votre entreprise ou à l’extérieur.

7. Evaluer son salaire
Jetez un œil sur la grille salariale de votre entreprise, situez-vous par rapport aux profils similaires, analysez votre évolution et comparez votre salaire au marché (métier, étude, situation géographique, taille de votre entreprise.) Si vous estimez ne pas gagner assez, vous aurez ainsi tous les arguments en main Afin de pour demander une augmentation lors de votre entretien de fin d’année.

8. S’interroger sur son épanouissement personnel
Dernière question qui pourrait être la première à se poser : interrogez-vous sur votre épanouissement personnel au sein de votre entreprise. Tentez d’affiner votre réponse spontanée en vous demandant si vous êtes heureux dans votre métier, dans votre fonction, et dans votre poste. Selon un sondage IPOF, en 2016, 75% des salariés se déclarent heureux au travail.

7 événements IT & Tech à ne pas manquer début 2017

7 événements IT & Tech à ne pas manquer début 2017

LesJeudis vous propose une rentrée 2017 sur les chapeaux de roues ! Découvrez tous les événements IT, Data, IoT, Cybersécurité du premier trimestre 2017. Construisez votre programme en fonction de vos besoins, puis entretenez vos relations d’affaires, rencontrez des nouveaux contacts et testez des solutions porteuses d’avenir.

Forum International de la Cybersécurité
24 & 25 JANVIER 2017 – LILLE
La 9ème édition du Forum International de la Cybersécurité s’inscrit dans une démarche de réflexions et d’échanges visant à promouvoir une vision européenne de la cybersécurité. Dans la continuité du marché unique numérique et du projet de règlement sur la protection des données personnelles, le FIC est l’évènement européen de référence réunissant tous les acteurs de la confiance numérique.
Pour animer cette démarche, le FIC s’appuie sur :
– Le Salon, pour communiquer, se valoriser, recruter, nouer & entretenir des contacts
– Le Forum, pour échanger avec des experts, se perfectionner et partager les retours d’expérience
– L’Observatoire pour poursuivre les échanges tout au long de l’année, approfondir les thématiques et faire vivre son réseau
https://www.forum-fic.com/

11e Université des CIL, futurs DPO
25 JANVIER 2017 – PARIS
l’AFCDP (Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel) organise la 11e Université des CIL (Correspondants Informatique et Libertés).
Cette conférence, la plus importante en France sur ce sujet (plus de 500 professionnels attendus), se tiendra quelques jours avant la journée mondiale de la protection des données personnelles, le 25 janvier à Paris (Maison de la Chimie.) De nombreux intervenants se concentreront autour du sujet de la préparation au règlement européen sur les données à caractère personnel.
https://www.afcdp.net/11e-Universite-des-CIL-futurs-DPO-714

Big Data 
6 & 7 MARS 2017 – PARIS
Dans le contexte d’une maturité croissante des entreprises sur le Big Data, la question du déploiement d’une organisation agile qui saura placer la data au cœur du processus décisionnel se pose plus que jamais.
Par ailleurs la montée en puissance du Machine Learning et de l’Intelligence Artificielle combinés au Big Data offre des opportunités inédites pour développer les applications dans des domaines variés : détection des fraudes, révolution de l’expérience client, prédictif…
Face à cette percée des Deep Tech, le congrès Big Data invitera les figures les plus emblématiques de la data-driven economy pour 48h d’immersion dans le futur de l’intelligence algorithmique.
https://www.bigdataparis.com/

IT PARTNERS
8 & 9 MARS 2017 – PARIS
La communauté des décideurs du channel IT français se réunira lors de l’IT Partners les 8 et 9 mars à Disneyland Paris.
IT Partners met en valeur l’innovation et favorise la découverte de nouvelles solutions, des fournisseurs qui les proposent, ouvrant ainsi vers de nouveaux marchés. Le salon s’est développé de façon très importante ces dernières années dans le domaine de l’intégration audiovisuelle, marché très dynamique intimement lié aux marchés IT et Télécoms.
Pour sa 11e édition , IT Partners s’ouvre aux nouveaux marchés de l’Internet des objets, de la robotique de service, des drones et de la réalité virtuelle destinés aux professionnels.
https://www.itpartners.fr/

8ème Edition des Salons Cloud Computing World Expo et Solutions Datacenter Management
22 & 23 MARS 2017 – PARIS
La transformation digitale des entreprises et organisations, prend aujourd’hui des formes multiples, mais aussi complémentaires et synergétiques : des Datacenters au Cloud, de l’IoT au Big Data, ces complémentarités s’exprimeront pleinement les 22 et 23 mars prochains à Paris (Porte de Versailles). 150 exposants, des dizaines de conférences et ateliers, un focus Security, un espace Start-Up, … un dispositif complet pour satisfaire les 7 500 visiteurs attendus.
http://www.datacenter-expo.com/

Salon IoT World – MtoM & objets connectés
22 & 23 MARS 2017 – PARIS
La deuxième édition d’IoT World (Stratégie, technologies et mise en oeuvre des applications et services connectés) et la 12ème édition de MtoM & Objets Connectés (Design, Conception, Réalisation, MtoM et Objets Communicants) sont réunis dans un même lieu et une même date.
Sur les stands des exposants comme dans les conférences, l’ensemble des domaines constituant ce sujet sera traité : design, conception des produits et systèmes, réseaux, environnements de développement, sécurité, applications et stratégies de transformation.
http://www.embedded-mtom.com/

Documation et Data Intelligence Forum
29 & 30 MARS 2017 – PARIS
Documation et le Data Intelligence Forum couvrent tout le spectre de la transformation digitale en entreprise autour de 4 grands axes : comment dématérialiser, protéger, partager et valoriser l’information et les data. Pour cette nouvelle édition, les 2 salons réuniront plus de 130 exposants et près de 5000 professionnels pendant 2 jours.
https://www.documation.fr/