Tapis rouge à l’IT au festival de Cannes

Tapis rouge à l'IT au festival de Cannes

Le plus grand festival du 7ème art fête ses 70 ans à partir du 17 mai 2017. Espérons que le 7 porte chance aux nouvelles technologies qui seront plus représentées que jamais lors de cette nouvelle édition du festival de Cannes !

Preuve que le cinéma et l’innovation technologique font bon ménage ? Pour la toute première fois, le Festival présente un film en réalité virtuelle, Carne y arena, dans une nouvelle section dédiée. Réalisé par Alejandro Gonzalez Inarritu, “Carne y arena” (“Chair et sable”, “Virtually Present, Physically Invisible”) propose de suivre des réfugiés en vivant intensément une partie de leur périple, créant grâce à la technologie virtuelle un espace infini de narrations multiples peuplé de personnages réels. Le film, d’une durée de 6 minutes 30, a été réalisé par le Mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu, l’auteur de “Birdman” et de “The Revenant”.

“Durant ces quatre dernières années pendant lesquelles j’ai pu développer ce projet, j’ai eu la chance de rencontrer et d’interviewer de nombreux réfugiés arrivant du Mexique et d’Amérique centrale. Ce qu’ils me racontaient de leur vie continuaient à m’obséder, je leur ai donc proposé de collaborer à mon projet”, explique le réalisateur. “Je souhaitais pouvoir utiliser la réalité virtuelle pour explorer la condition humaine (…) pour prendre possession de la totalité de l’espace dans lequel je propose au visiteur de vivre l’expérience des migrants en marchant avec eux, en pénétrant sous leur peau et au plus profond de leur cœur”, a-t-il ajouté.

Est-ce le signe que l’animation et les effets spéciaux, à mesure que la technologie aiguise leurs performances, s’ennoblissent enfin ? Nous avons souhaité vous apporter le “certain regard” LesJeudis sur ce sujet, car ces changements prouvent encore que vos talents sont la matière de l’avenir. Et ça, c’est pas du cinéma !

As de l’IT et fan de cinéma, de grandes opportunités s’offrent à vous à condition que vous sachiez être au bon endroit au bon moment. 

Focus sur Solidanim, la start-up française qui a conquis Hollywood ! 
Créée en 2007 à Paris et Angoulême, la société SolidAnim, spécialisée initialement dans la capture de mouvement (Motion Capture) pour l’animation, est en train d’imposer, à Hollywood, SolidTrack, une nouvelle technologie de prévisualisation de réalité augmentée facilitant les tournages des films remplis d’effets spéciaux.

Leurs solutions :
– La capture de mouvement 
est le cœur de métier de la société SolidAnim : 10 ans d’expérience et 3 plateaux entièrement équipés à Paris et Angoulême. Le leadership de leurs équipes en performance capture est reconnu sur l’ensemble des étapes menant à la réalisation d’animations 3D finalisées.

– SolidTrack est une solution pionnière de suivi de caméra en temps réel. Une toute nouvelle technologie et approche du tournage qui permet le suivi de n’importe quelle caméra ainsi que la prévisualisation d’effets spéciaux en temps réel au moment du tournage. La solution ne nécessite aucun marqueur ni repère et permet un gain de temps considérable dans la mesure où le réalisateur peut voir en temps réel les décors et personnage 3D dans sa prise de vue. Solidtrack est une approche artistique du tournage appréciée par les réalisateurs. Leur caméra virtuelle Mr Méliès, consacrée meilleure innovation au Paris Image Digital Summit, en est équipée.

– Animation Workflow de la pré-production à la post-production (on-set previz et techviz, dépouillement, animation, modeling / texturing supervision, développement scripting – python, mel – etc.)

Ces touche-à-tout de l’image font fureur au cinéma mais travaillent également sur beaucoup de projets TV ou encore jeux vidéo. On vous laisse jeter un petit coup d’œil sur leurs différentes collaborations, de Warcraft à Star Wars : Rogue One, en passant par Hugo Cabret, Sky Heroes, Alice in Wonderland II ou encore le prochain Espigares, Croc Blanc…Faites attention, vous risquez d’en rester bouche bée et yeux écarquillés, ça nous l’a fait aussi !

Les 3 clefs du succès par Solidanim

On n’est jamais mieux servi que par soi-même
Solidanim s’est spécialisée d’abord dans l’animation; expérience qui les a confrontés aux limites des outils existants. Le meilleur n’existe pas encore ? Qu’à cela ne tienne ! L’équipe s’est lancée dans la R&D pour créer sur-mesure leurs outils de capture image, voix, mouvement optique, avant de développer leur dispositif de prévisualisation augmentée. Un coureur est rarement capable d’améliorer seul ses baskets… Mais un créatif spécialiste de l’IT sait mieux que personne qu’innover, aujourd’hui, c’est changer les codes, bouleverser les modèles et se donner tous les moyens pour le faire, même ceux qui n’existent pas encore.  Les pionniers de l’IT sont multi-casquettes !

Mais on sait s’entourer ! 
“Il faut bien reconnaître qu’en France, quand on veut innover, on est plutôt bien accompagnés. Pour nous, le dispositif du Crédit impôt recherche s’est avéré décisif”, explique Emmanuel Linot, directeur du studio d’Angoulême. Le cinéma est un milieu difficile, fermé, mais les nouvelles technologies de l’image retiennent de plus en plus son attention et sont très recherchées dans le domaine du film d’animation, de la publicité ou encore du jeu vidéo. Et la France a quant à elle tout intérêt à soutenir ses meilleurs éléments dans ce domaine. Les dispositifs d’aide ne manquent pas concernant les projets innovants en général, mais aussi ceux directement liés au cinéma. Ainsi, le fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle (FAIA) et l’aide aux nouvelles technologies en production (NTP) ont été mis en place par le CNC afin de favoriser la création et l’innovation dans les domaines de la fiction, de l’animation et du documentaire de création.

Voir loin ! 
Née à Paris, SolidAnim s’installe au Pôle Image Magelis d’Angoulême en 2012, puis à Los Angeles, et la voici désormais à Bordeaux ! Diviser pour mieux régner, la clef du succès pour cette société qui a choisi Bordeaux comme pied-à-terre central. La belle cité semble en effet s’imposer dans l’avenir du secteur : le rapprochement Magelis-Bordeaux Games, Marmitafilms et Schmuby productions déjà dans la place et l’arrivée cette année du forum Cartoon Movie… Créatifs de l’IT, si le cinéma compte parmi vos passions et qu’un avenir pro dans le domaine vous tente, vous avez tout intérêt à vous en rapprocher !

Surtout, il semble presque essentiel d’oser l’ambition internationale. Les grands producteurs américains sont paradoxalement plus faciles à séduire que les maîtres du cinéma français, comme le confirme Emmanuel Linot, directeur du studio d’Angoulême: “Pour le moment il nous est plus facile de parler à James Cameron qu’à Luc Besson”. Le cinéma français est encore frileux : manque de budget, méfiance traditionaliste… Mais il se laisse convaincre d’autant plus vite quand il voit ses talents français convaincre le cinéma international. Alors, comme Solidanim, allez voir ailleurs s’il vous suit !

Être avant tout de vrais amoureux du cinéma 
C’est cette passion qui donne des ailes et surtout des idées. Quant aux nouvelles technologies, elles les rendent possibles…Imaginaire + IT = la magie du cinéma existe !

Pour aller (toujours) plus loin : les MOOCs de l’école de l’image Gobelins !

French Tech Brest + : un petit pas vers l’Amérique, un grand pas pour l’Armorique !

LFrench Tech Brest + : un petit pas vers l'Amérique, un grand pas pour l'Armorique !

Sous l’égide du Ministère de l’Économie, la marque French Tech a pour objectif de faire grandir et rayonner collectivement les startups françaises à l’international. Au total, c’est un réseau de 13 métropoles, véritable écosystème numérique qui mobilise les acteurs publics, les médias, le grand public, etc. Parce que le futur de la technologie, IT en tête, se joue autant dans ces incubateurs régionaux qu’à Paris, parce que plus que jamais ça bouge en région, LesJeudis.com vous invite à découvrir ces pôles d’avenir ! Première étape : Brest.  

Si on oublie Ouessant, après Brest, c’est l’Amérique. Il n’est pas étonnant de découvrir que le dynamisme de la French Tech de Brest se révèle avec la Breizh Amerika startup contest. Créé en 2016, le concours propose à quatre startups de s’envoler pour une semaine d’accélération au cœur de la tech new yorkaise. La seconde édition va de nouveau aider les startups bretonnes à accélérer leur développement commercial sur le marché américain, mais également déployer des ponts économiques entre les deux continents. Forte de son succès et de l’exceptionnel tremplin qu’elle a offert aux trois lauréats 2016 (Klaxoon et ses solutions professionnelles interactives, les objets connectés sensoriels E sensory et la tireuse à bière connectée NDMAC systems), Breizh Amerika propose cette année à 4 startups de partir une semaine aux Etats-Unis. Objectif : rencontrer des investisseurs, s’essayer aux pitchs trainings… Bref se former aux règles du marketing américain… Un programme « king-size » à l’Américaine qui profitera à Claripharm, La Tour Azur, Woleet, et Apizee.

En revanche, derrière l’arbre Breizh Amerika se cache une forêt d’entreprises et un réseau qui maille tout le département. Car, l’écosystème numérique de l’Ouest breton est étroitement lié à la dynamique du Finistère. C’est toute une identité, une culture locale et des richesses naturelles qui servent la technologie et l’innovation de la French Tech de Brest. Sous la tutelle d’un collège d’entreprises (Appnexus, Orange, Sushee, Le Télégramme, .bzh, MerAlliance, etc.), d’un collège institutionnel (Région Bretagne, CCI Brest, Investir en Finistère, Images&Réseaux, Pôle Mer, etc.) et d’un collège de la connaissance (ISEN, UBO, Telecom Bretagne, etc.), l’interaction est vertueuse et s’illustre au travers d’initiatives de grande ampleur. Exemple ? Le développement du Village by CA dans le nouveau quartier des Capucins à Brest, ou encore ce fameux événement Breizh Amerika offrant aux champions de la Breizh tech l’opportunité de partir conquérir le marché américain.

Si vous voulez vous aussi tenter l’aventure, découvrez comment les lauréats 2017 ont retenu l’attention du jury ! Rencontre avec le dirigeant d’Apizee avant le rendez-vous cet été à NYC !

Interview de Michel L’Hostis, Founder, CEO Apizee  « Un choc de simplification”

Pouvez-vous vous présenter et nous présenter votre société ?
Je suis Michel L’Hostis, CEO et cofondateur d’Apizee. Apizee a été créée en 2013, La société développe des solutions d’interactions clients, de visio-assistance et de webconférence pour les entreprises. Nos solutions multicanal se basent sur la technologie WebRTC, s’utilisent sur un simple navigateur web sans aucune installation de logiciel ou de plugin et s’adaptent aux différents terminaux mobiles et objets connectées. Notre plateforme SaaS permet une mise en œuvre très rapide en entreprise tout en proposant un ensemble d’API pour s’adapter aux problématiques métier. Nos solutions et API cloud sont notamment utilisées par le Crédit Agricole, Safran, Enedis, Lafarge-Holcim, ExxonMobil, AMA et l’ANSSI.

Quelle est votre atout majeur sur ce secteur à forte pression concurrentielle ?
Apizee apporte un choc de simplification dans l’interopérabilité de communication entre les différents terminaux et environnements applicatifs. Les communications en temps réel deviennent universelles, immédiates et sans effort. Cette simplicité permettra enfin de généraliser à grande échelle toutes les solutions de communication unifiées (relation client, télémaintenance, télémédecine, travail collaboratif) dont le succès a été jusqu’à présent ralenti par de nombreuses barrières techniques.
Nous nous démarquons aussi grâce à notre produit phare, Apizee Diag, un service d’expertise et de service après-vente sur lequel la pression concurrentielle est moins forte et qui permet à nos clients de réduire les coûts et délais d’intervention tout en créant une expérience utilisateur inégalée

Qu’est-ce que Breizh Amerika va changer pour vous ? 
Ce programme vient compléter des dispositifs déjà en place pour le soutien des startups dans leur développement à l’international. Il nous permettra de rencontrer des investisseurs et des acteurs pour mieux comprendre le marché américain. Il est également une caution et un moyen de prouver à nos clients notre investissement dans le développement des solutions proposées par Apizee.

Pour vous, la Bretagne est-elle propice au développement d’un projet innovant ? Vous êtes-vous senti aidé ?
Oui, l’écosystème breton est vraiment propice au développement des startups, les structures de financement d’amorçage se multiplient et de plus en plus de startups dépassent les frontières bretonnes et françaises, en attirant des investisseurs étrangers. Nous bénéficions ou avons bénéficié du soutien des acteurs territoriaux et croyons dans le dynamisme de l’écosystème numérique de la French Tech Brest +

La French Tech de Brest en quelques chiffres :

– Juin 2015, labellisation French Tech pour le quatuor de technopoles Anticipa Lannion, Brest-Iroise, Quimper-Cornouaille et le pôle innovation du Pays de Morlaix.

– 8e place en nombre d’entreprises dans les activités liées au numérique

– 9e place en nombre d’emplois dans les activités liées au numérique >16 000 emplois !

– 31 M€ levés entre 2011 et 2014 pour les entreprises de moins de 5 ans

La start-up du mois : Quanta Computing, interview de Romain Lamaison

La start-up du mois : Quanta Computing, interview de Romain Lamaison

Au départ, un simple constat personnel : que d’heures perdues à essayer d’identifier des problèmes sur des sites d’une lenteur désespérante ! Et comme le dit si bien l’adage, « le temps c’est de l’argent », Guillaume Thibaux et Romain Lamaison ont monté QUANTA en 2012. Leur activité ? Optimiser le temps d’affichage des pages d’un site. Et quand il s’agit d’un site de e-commerce, la relation entre vitesse d’affichage, taux de conversion et chiffre d’affaires est évidente. Interview.  

Comment définir l’activité de Quanta Computing ?

Dans un monde où les clients veulent tout « tout de suite », les e-commerçants ne peuvent plus se permettre d’avoir un site qui ne se charge pas instantanément, sous peine de perdre de l’argent et d’en faire gagner à leurs concurrents. La mission de QUANTA, c’est de permettre aux e-commerçants et à leurs équipes de collaborer efficacement, avec les bons outils, pour améliorer la vitesse et la stabilité de leur site, et surveiller leur tunnel de vente de bout en bout. Il ne faut jamais oublier qu’il y a une corrélation directe entre vitesse et taux de conversion.

Aujourd’hui les marques sont capables de débloquer des budgets marketing phénoménaux alors que leur site n’est pas du tout optimisé. C’est de l’argent jeté par les fenêtres ! Un peu comme si un restaurant faisait une campagne pour faire venir 1000 clients mais n’avait pour les accueillir qu’un serveur et un cuisinier… Ce que nous disons, c’est qu’il faut investir sur les deux fronts : le marketing ET la web performance pour tirer pleinement parti de son site.

« Amazon a montré qu’en réduisant de 100 millisecondes le temps de chargement de ses pages, l’entreprise avait augmenté son taux de conversion de 1% »

On n’aura jamais une deuxième chance de faire une bonne première impression comme le disait le bloggeur David Swanson. Cependant, le problème réside parfois à la source de la conception d’un site et rien n’est fait pour y remédier parce que le budget crie famine ! Pouvez-vous toujours apporter des solutions ?

Le site e-commerce parfait n’existe pas. Mais il y a toujours des choses à améliorer. Le cas d’Amazon est de ce point de vue particulièrement parlant : leur étude a montré qu’en réduisant de 100 millisecondes le temps de chargement de ses pages, l’entreprise avait augmenté son taux de conversion de 1%. Cela vaut donc vraiment le coup de se pencher sur le sujet !

Nous disposons par ailleurs d’un réseau de partenaires qui comptent parmi les meilleurs de la place. Nous sommes donc presque toujours en mesure, lorsque la solution QUANTA permet d’identifier un axe de travail qui ne peut pas être traité par les équipes habituelles, de proposer des solutions aux besoins de nos clients.

« Nous améliorons la performance des sites, et cela se traduit par une augmentation du taux de conversion »

Concrètement ?

On peut citer le travail que nous avons fait avec un site du groupe Panini, Footcenter, qui a augmenté son chiffre d’affaires de 23% après avoir suivi nos recommandations. Mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, car à chaque fois que nous intervenons, nous améliorons la performance des sites, et cela se traduit par une augmentation du taux de conversion.

Tout site d’e-commerce doit-il selon vous, comme les hommes, faire un check-up même quand tout va bien ?

La web performance c’est un enjeu de tous les jours. Tous les jours, des gens travaillent sur le site, mettent à jour le catalogue, interviennent dans le code. Ce qui signifie qu’à tout moment, un problème peut survenir. Il faut donc être en mesure d’agir rapidement, car plus on attend, plus les pertes seront importantes. Et ce travail ne peut pas être assuré par une personne dédiée, dont la mission serait de veiller en permanence au bon fonctionnement du site. C’est ce qui fait l’intérêt de la solution développée par QUANTA : tout problème est immédiatement détecté et signalé par une alerte, ce qui permet d’intervenir au plus vite.

Proposez-vous le simple diagnostic pour ces entreprises soucieuses de veiller au grain ?

Nous proposons des audits de la web performance des sites : c’est gratuit et sans engagement ! Durant ces audits, nos experts parcourent les principaux indicateurs de web performance du site et en font ensuite une restitution lors d’un échange téléphonique de 15 minutes.

Les sociétés qui font appel à vous doivent certainement déjà faire face à de mauvais résultats. N’est-ce pas difficile pour elles de s’engager financièrement sur le long terme sans assurance précise de résultat ?
Fort heureusement, tous les sites de e-commerce qui font appel à nos services ne sont pas en difficulté financière ! La réalité, c’est que les e-commerçants se sont habitués à ces résultats, et font comme s’ils étaient la norme. Afin de les aider à franchir le pas et à améliorer leur web performance, QUANTA a mis au point un Dashboard Business qui permet à nos utilisateurs d’obtenir des estimations précises du chiffre d’affaires additionnel qu’ils pourraient escompter en travaillant sur la rapidité et la stabilité de leur tunnel d’achat. Cet outil permet également d’identifier les pages sur lesquelles ils devraient se concentrer en priorité. En général, l’investissement est amorti dans les jours ou les semaines qui suivent le travail d’optimisation.

« Certains de nos clients ont vu leur ROI atteindre 500% dans les cinq semaines suivant la mise en œuvre de nos recommandations. »

Pouvez-vous leur garantir la rentabilité de l’investissement ?

Beaucoup de facteurs influent sur la conversion, mais la web performance, trop souvent laissée de côté comme je le disais, en est un particulièrement efficace. Ce que nous garantissons, c’est qu’en améliorant leur web performance, nos clients amélioreront aussi leur taux de conversion et que leur investissement sera vite amorti. Certains de nos clients ont vu leur ROI atteindre 500% dans les cinq semaines suivant la mise en œuvre de nos recommandations.

Votre site entièrement en Anglais traduit une ambition internationale assumée. Actuellement, comment se répartit votre clientèle ?

A l’heure actuelle, nous réalisons environ 20% de notre chiffre d’affaires à l’international. Nous sommes en train de déployer un réseau de partenaires revendeurs afin de faire monter cette part de manière significative d’ici à la fin de l’année.

Vous faites partie des nouveaux aventuriers de la data science, éblouissante pour beaucoup mais effrayante ou obscure pour autant d’autres. Comprenez-vous cette méfiance qui subsiste et cherchez-vous à la combattre ?

Le big data suscite de nombreux fantasmes. A tort, selon nous. Nous faisons partie de ceux qui pensent que ce n’est pas la technologie qui est dangereuse, mais les mauvais usages qu’on en fait. Et en ce qui nous concerne, nous avons pour seuls objectifs d’aider les e-commerçants à mieux vendre, et de permettre aux internautes de gagner du temps. A l’échelle d’un site, les quelques secondes, ou même seulement 500 millisecondes gagnées sur chaque page, multipliées par le nombre de transactions, représentent des années d’acte d’achat. A l’échelle des individus, c’est autant de temps qui peut être utilisé à autre chose, pour soi ou pour ses proches. Nous n’avons pas le sentiment d’être des apprentis-sorciers !

Contrairement à beaucoup de start-ups, vous restez très discrets sur l’aspect humain de votre entreprise. C’est un choix ? Vous tenez à rester les hommes de l’ombre ?

Même si nous parlons beaucoup de nos solutions et de notre savoir-faire, QUANTA est aussi et avant tout une aventure humaine. Avec Guillaume, nous nous sommes rencontrés à EPITECH. Nous avons ensuite, à la sortie de nos études, intégré le même groupe, Stockho/Baobaz, où nous avons tous deux été confrontés aux mêmes problèmes : des heures de temps perdues à essayer d’identifier des problèmes sur des sites d’une lenteur désespérante, et la difficulté, très souvent, à communiquer pour les différents acteurs de la chaîne (équipes marketing, clients, chefs de projet, développeurs…), du fait du manque de référentiels communs.

Il nous a semblé évident qu’il fallait créer une solution permettant aux e-commerçants de prendre en main leur web performance. C’est comme ça qu’est né QUANTA, avec des rôles complémentaires pour l’un et pour l’autre. J’assure toutes les missions de direction générale. Guillaume, lui, intervient sur toute la partie évangélisme et marketing. C’est lui qui communique généralement sur la marque et la représente auprès de la communauté des e-commerçants. Il est encore plus bavard que moi lorsqu’il s’agit de parler de web performance !

Quanta est-elle en quête de nouveaux talents de l’IT actuellement ?

Nous avons en 2016 multiplié notre chiffre d’affaires par 2 par rapport à 2015 et sommes effectivement toujours en quête de “performance gurus” pour compléter notre équipe, qui compte désormais douze personnes. Que ceux que cela intéresse n’hésitent pas à consulter notre site ! (https://www.quanta-computing.com/careers/)

BIO EXPRESS : Romain Lamaison

Après 5 années d’études à EPITECH, Romain Lamaison rejoint le groupe Stockho/Baobaz, où il occupe le poste de Directeur des Infrastructures. Fort de cette expérience, il s’associe en 2012 à Guillaume Thibaux, et fonde Quanta Computing, avec un seul mot d’ordre : améliorer la web performance des sites de e-commerce. L’outil Saas développé par Quanta Computing est aujourd’hui utilisé quotidiennement par de grandes marques (Bayard Presse, Aubade, The Kooples…), des hébergeurs (NBS Systems, Oxalide…) et des agences web (Dn’D, Soon, Bluecom…).

Les 10 mesures de la révolution numérique d’Emmanuel Macron

Les 10 mesures de la révolution numérique d'Emmanuel Macron

C’est bien la première fois qu’un Président de la République française laisse son mail perso afin que les dirigeants de start-ups lui envoient leurs idées pour qu’il les étudie lui-même ! Oui, Emmanuel Macron est un adepte des nouvelles technologies et son lien avec la communauté tech ne date pas d’hier. Fidèle du CES Vegas et présent sur tous les grands salons français dédiés à la technologie, il a beaucoup fait pour la French Tech et le secteur des start-up. Tour d’horizon de ce qu’il souhaite changer pendant son quinquennat.

« C’est le seul à comprendre les bouleversements induits par le numérique, tous les autres font du digital washing comme on fait du green washing. Emmanuel Macron a défendu le projet Noé, il a soutenu la French Tech, il a porté le projet sur l’expérimentation dans le champ des voitures autonomes, des drones, de la médecine et dans bien d’autres domaines. Sans lui, il n’y aurait par exemple pas de voitures autonomes en France, ça serait interdit», explique son soutien de la première heure, Bruno Bonnel, cofondateur Infogrames à la tête de Robopolis. Et c’est vrai qu’il a toujours vivement défendu la croissance et la créativité, incitant même les start-ups à lui envoyer leurs idées sur son mail perso.

1. Un dispositif fiscal qui encourage l’innovation

Concernant les start-up justement, il souhaite agglomérer les dispositifs d’aide existants (Crédit impôt recherche, Crédit impôt innovation, dispositif Jeunes Entreprises Innovantes) et renforcer le rôle de Bpifrance pour faciliter la transformation numérique des PME et TPE. Il compte également créer deux fonds spécifiques : le premier pour l’industrie du futur et l’innovation : 10 milliards d’euros financés par la vente d’actions dans des entreprises possédées de manière minoritaire par l’État. Le second est un Fonds européen de financement en capital-risque de 5 milliards d’euros pour les startups. Enfin, il compte rendre ces investissements possibles en adoptant un cadre fiscal qui encourage l’investissement dans l’innovation, notamment en instaurant un prélèvement forfaitaire unique sur l’ensemble des revenus tirés du capital mobilier et en remplaçant l’ISF par un impôt sur la fortune immobilière.

2. Une stratégie nationale pour l’intelligence artificielle

Il souhaite définir « une stratégie nationale pour l’intelligence artificielle dont le développement va avoir de profonds impacts sur une série de secteurs. Les chercheurs français sont bien armés pour y jouer un rôle majeur. La première étape sera d’évaluer ses usages potentiels et ses enjeux pour le travail et l’emploi de demain ».

3. Création d’une Agence européenne pour la confiance numérique

Renégociation du Privacy Shield au niveau mondial et création d’une Agence européenne pour la confiance numérique chargée de réguler les grandes plateformes numériques américaines sont au programme du président. Il estime que « l’Europe est l’espace pertinent pour développer le potentiel économique du numérique. C’est aussi à cette échelle que nous pouvons réguler la concurrence internationale et défendre avec lucidité et souveraineté, comme le font les autres grandes puissances, nos intérêts économiques et industriels dans la mondialisation ».

4. Le téléphone portable bannit de l’école

Emmanuel Macron compte interdire l’usage des téléphones portables dans l’enceinte des écoles primaires et des collèges. Une proposition décalée, mais qui s’annonce difficile à mettre en place…

En parallèle, il compte encourager la culture via le Pass Culture jeunes (une appli), offrant pour un montant de 500 euros d’activités et supports culturels financé par les distributeurs et les grandes plateformes numériques.

4. Le numérique, c’est la santé

Concernant la télémédecine, Emmanuel Macron mise sur la simplification des procédures d’autorisation et de mise sur le marché pour stimuler l’innovation. Estimant que le numérique permet « d’apporter des réponses aux déserts médicaux », il souhaite le « développement de la télé-médecine et du numérique dans le domaine de la santé, afin de donner aux médecins la possibilité d’assurer un suivi à distance ». Ce sera un gros investissement mais qui permettra, selon lui, de faire des économies réelles à terme.

5. Favoriser les plateformes Civic Tech

« Le numérique participe à l’exercice de la démocratie », affirme-t-il en notant qu’un Français sur deux a déjà signé ou diffusé une pétition en ligne, ou encore que près d’un Français sur cinq suit le compte Twitter de sa commune ou région. Il compte favoriser les plateformes Civic Tech pour permettre aux citoyens de participer à la construction des lois, ou d’évaluer en temps réel des politiques publiques. Le président souhaite également la création d’un « compte citoyen en ligne (site et application) qui rassemblera sur une même interface tous les droits, notamment ceux liés à la santé, à la trajectoire professionnelle, à la formation, à la situation fiscale, aux droits civiques ».

Emmanuel Macron compte enfin sur «  les contributions de la multitude des usagers pour améliorer les services existants ou en créer de nouveaux ». Les suggestions de la population doivent permettre « de fournir de nouveaux services plus simples, plus performants et mieux adaptés aux besoins ».

6. Start-Upers, écrivez au Président

Pour créer le lien avec les jeunes entrepreneurs, qui n’ont pas nécessairement les fonds ou les bons contacts pour lancer leurs idées, Emmanuel Macron a publiquement communiqué son e-mail personnel (emmanuelmacron3@gmail.com) pour étudier lui-même ces innovations qui pourraient relancer l’économie du pays. Vous pouvez également faire passer un message via ses pages Facebook ou Twitter qu’il consulte quotidiennement.

7. 100 % des démarches administratives pourront être effectuées en ligne

10 milliards d’euros investis pour le 100% en ligne d’ici 2022 : démarches administratives et « compte-citoyen » créé pour chacun afin de rassembler sur une même plateforme tous ses droits. « D’ici 2022, 100 % des démarches administratives pourront être effectuées depuis Internet”. Il sera donc théoriquement possible de faire une procuration sans passer par le commissariat aux prochaines élections présidentielles !

Sur le modèle du site impots.gouv.fr, Emmanuel Macron souhaite un espace équivalent pour la justice. Le citoyen pourra se pourvoir en justice depuis son ordinateur et suivre son dossier depuis son smartphone.

8. Couvrir en très haut débit l’ensemble du territoire d’ici la fin du quinquennat

Emmanuel Macron ambitionne de couvrir « en très haut débit l’ensemble du territoire d’ici la fin du quinquennat » pour ne laisser aucun territoire à la traîne dans la transition numérique. Il entend en particulier exiger des opérateurs qu’ils apportent la 4G dans les zones blanches afin d’éliminer « les zones sans réseau ». Cet objectif sera atteint « en doublant le nombre d’antennes mobiles ». « S’ils ne tiennent pas leurs objectifs, les opérateurs pourront être sanctionnés financièrement », prévient-il. Pour les aider, l’Etat pourra fixer « des conditions économiques favorables sur les redevances d’utilisation des fréquences hertziennes ».

Le réseau n’est qu’une partie du problème, c’est pourquoi Emmanuel Macron souhaite mettre en œuvre une stratégie d’inclusion à destination de ceux qui rencontrent des difficultés à utiliser le numérique en développant avec les associations et les collectivités, un réseau d’accompagnement sur le territoire qui proposera du temps de soutien et des formations aux outils et aux services numériques.

Enfin, il prévoit la création d’une « plateforme numérique collaborative » pour les handicapés (accès aux diplômes facilité, partage des bonnes pratiques locales).

9. Transition technologique en entreprise

Emmanuel Macron veut développer la technologie en commençant par aider les entreprises à passer le cap du numérique, en particulier les très petites entreprises et les petites et moyennes entreprises, par le biais de formations professionnelles renforcées et d’aide au choix et à la maîtrise des nouveaux outils. Pour cela, « entrepreneurs et salariés doivent être formés pour pouvoir choisir et s’approprier les nouveaux outils ».

10. Création d’une banque de données numériques réutilisables

Emmanuel Macron promet la création d’une banque de données numériques réutilisables. Les administrations qui délivrent des licences (par exemple pour les hôtels) devront mettre à disposition leurs données dans le respect de la vie privée et du secret des affaires. Il pense que « des nouvelles startups pourront ainsi s’adresser par exemple à tous les hôteliers pour leur offrir une alternative aux services existants » et faire face ainsi aux solutions actuellement peu concurrencées des « géants étrangers ».

Top events IT : au printemps, faites le pont pas la pause

Top events IT : au printemps, faîte le pont pas la pause

Les ponts de mai, le printemps, un faux air de vacances et… Le moment idéal pour s’échapper, le temps d’un weekend, sur les routes de France, et assister au passage aux plus grands événements IT du printemps ! Pour que vous soyez là où ça se passe, on a quelques petites infos pour vos agendas ! 

COME PLAY // DREAMHACK : les 6 et 7 mai à Tours
La prochaine DreamHack Tours se tiendra au Centre International des Congrès de Vinci du 6 au 8 Mai 2017. Cette troisième édition du fameux festival du jeu digital sera immense ou ne sera pas !

Au programme : 
LAN Party : si vous souhaitez y participer, n’oubliez rien !
DreamExpo : tests de jeux en avant-première, concours, challenges, défis et pour ceux qui ne gagnent jamais rien, des réducs qui valent le détour à Tours !

Et enfin matchs d’eSport internationaux : 
-DreamHack Open Counter-Strike : Global Offensive – Valve : 100 000 dollars en jeu !
– BYOC Counter-Striker : Global Offensive de 32 équipes : 10 000 euros
– BYOC League of Legends de 32 équipes : 10 000 euros
– BYOC Hearthstone de 256 joueurs : 5 000 euros
– BYOC Overwatch de 16 équipes : 9 000 euros
– BYOC Clash Royale de 32 joueurs : 5 000 euros

Possibilité de réserver un Coin dodo !

COMMERCE CONNECTE // SHAKE017 : les 11 et 12 mai à Marseille
Le congrès de la communication, de la distribution et de la transition numérique. c’est à Massilia ! Parce qu’il est temps de secouer les codes du e-commerce, le Shake vous invite sur la plus grande place du marché numérique ! Cette nouvelle édition, avec pour thème “Share the Fun”,  proposera plus de 80 ateliers pratiques et 8 conférences plénières de haut niveau pour se frotter aux vrais sujets comme la “silicolonisation du monde” par les GAFA, la place du numérique dans le commerce de proximité, la vente vers la Chine avec le DG d’Alibaba France, ou encore la révolution de l’intelligence artificielle. 9 univers dont Arène eCommerce, Start Me Up, Dev Valley, Smart World, Transition Numérique des Entreprises…  Job Camp : l’espace des talents et du recrutement top niveau.! N’oubliez pas votre CV !

Rendez-vous de 8h45 à 22h00 le 11 mai et de 8h45 à 16h15 le 12mai au Palais des Congrès Marseille Chanot !

CONFERENCE // PHP TOUR : Les 18 et 19 mai à Nantes
Deux jours 100% PHP organisés par l’AFUP (Association Française des Utilisateurs de PHP) pour toutes les communautés PHP, professionnelles et opensource de France.

Lancé en 2011 à Lille, le PHP Tour se penche à chaque fois sur une thématique particulière au tissu économique local : nous avons cette fois-ci rendez-vous avec le futur !

Cette année, les conférences vont couvrir un très large spectre. Du cœur de PHP (“Opcode ? Mais à quoi ça sert ?” de Benoît Jacquemont) aux applications les plus inattendues (assistant d’envoi de mails avec “My slack bot speaks PHP” de Gilles Felix), des normes (“PSR : quoi, pourquoi, comment ?” de Julien Janvier) à la créativité (patrons de conception innovants), du concepteur au sysadmin….Des invités internationaux comme Julien Pauli et Juliette Reinders Folmer (Architecte PHP) viendront également partager leur expérience avec la communauté. Vous pouvez vous procurer des places sur la billetterie officielle, mais dépêchez-vous, les derniers events AFUP se sont déroulés à guichets fermés ! Le PHP Tour 2017 se déroulera au C.C.O. de Nantes, situé dans la Tour de Bretagne.

CULTURE // GEEK FESTIVAL : du 25 au 28 mai à Bordeaux
Le Bordeaux Geek Festival (BGF) se déroulera pendant les 4 jours du pont de l’Ascension lors de la Foire internationale de Bordeaux – faites d’un verre deux coups ! .

35.000 visiteurs sur 12 000m² seront invités à manipuler, jouer, apprendre et interagir. Fort de son succès en 2016 (plus de 25.000 visiteurs), le Bordeaux Geek Festival revient avec un programme dédié aux geeks. Jeux vidéo, Comics, High-Tech, Mondes Parallèles, Web-Culture et Science-Fiction. Pendant ces 4 jours, des projections, des ateliers, des expositions et des spectacles seront organisés ainsi que des dizaines de stands, spectacles, tournois, conférences et rencontres avec des invités.

GAMECHANGERS // VIVA TECHNOLOGY ! : du 15 au 17 juin à Paris
Pour sa seconde édition, Viva Technology, le rassemblement événement entre grand Groupes et startups autour de l’ensemble des thématiques de l’innovation, poursuit son internationalisation. L’évènement a été annoncé à Londres et à Berlin. De plus, l’événement accueillera plusieurs pavillons de pays, comme Israël et la Finlande qui viendront présenter leurs pépites et révéler leurs jeunes startups. Quelque 50 000 visiteurs sont attendus cette année. Des appels à projets thématiques ont été publiés par les grands groupes, rassemblés en 20 Labs (à l’image de Orange, BNP Paribas et LVMH…). Startupers, c’est le moment de vous démarquer ! Collaboration avec les principales entreprises pour trouver les meilleures solutions à leurs problématiques, démo de votre produit à des execs, VCs, incubateurs et accélérateurs, présentation de votre startup aux leaders de l’industrie, aux CR et aux médias… Qu’attendez-vous pour vous inscrire ? Cette année, les thèmes phares seront la réalité augmentée, la réalité virtuelle, l”intelligence artificielle, l’e-sport et l’e-gaming entre autres. Apportez simplement votre POTENTIEL à Paris Porte de Versailles, du 15 au 17 juin !